Comme tous les matins, je m'apprête à partir. Il est 6h30. La journée s'annonce encore chaude. Je prends, donc, mes dispositions.

Cette étape est très désagréable car le GR65 est en quasi-totalité de la route.

Vers 10h, je descend sur Figéac. A la sortie de la ville, le balisage est très mauvais. Des riverains me conseillent de reprendre la départementale afin de récupérer le GR65 plus haut.

L'après-midi est épuisante!

Vers 16h30, j'arrive à Béduer.

Le chemin de Compostelle nous permet de découvrir de la diversité en matière d'hébergement. Ce soir, je suis dans un camping. J'ai trouvé une tente mise à ma disposition.