Maintenant que je me suis bien posé, je vais pouvoir commencer à vivre mon pèlerinage dans ce Sanctuaire. Je commence par la Cathédrale. J'y rentre par la porte de la Gloire. Cette porte représente le Jugement dernier. Je prends le temps qu'il faut pour apprécier sa beauté. La tradition jacquaire invite, aussi, les pèlerins à remercier saint Jacques. Pour cela, je me mets à la fin d'une file de personnes et j'attends mon tour. Ce rituel peut paraître ridicule et choquer certains. C'est également ce que je ressents, lorsque j'entends des pièces de monnaie résonnées dans un tronc à offrandes. Mais cela demande une grande preuve de tolérance car c'est ce que l'on appelle de la pièté populaire. Ce besoin de rendre palpable sa foi. Une approche importante, pour beaucoup, car cela les aide à approfondir leur croyance en Dieu. Une autre démarche du pèlerinage est celle de prier devant le tombeau de saint Jacques. Ce n'est pas ce dernier que l'on prit mais le Christ. Saint Jacques, en tant qu'Apôtre, nous conduit vers Celui qui le précède.

" Mais vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit, qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre." (Actes des Apôtres 1,8)

Le pèlerinage propose, également, de recevoir le Sacrement du Pardon que chacun peut vivre s'il le souhaite. Mais le Sacrement le plus important est celui de l'Eucharistie auquel tous les pèlerins sont invités lors de la messe qui est célébrée en leurs intentions, à midi.

Cet après-midi, je visite la ville en me promenant dans ses rues. Je retrouve des pèlerins rencontrés sur le chemin. C'est une grande joie que l'on éprouve  lorsque l'on se voit à Santiago. Mais la plus belle retrouvaille c'est celle que je vis avec Irene et Jane que je revois, en fin d'après-midi. Ma joie est, encore, plus grande lorsqu'elles me disent qu'elles reprennent le chemin, Dimanche. Nous avons commencé notre pèlerinage ensemble, au Puy-en-Velay, pour le terminer, encore, ensemble, au Cap-Finisterre. Cela est riche de sens!

Saint-Jacques de Compostelle c'est, également, le bonheur d'apprécier les talents de différents artistes. Près de la Cathédrale, Santiago nous réaffirme son identité Galicienne avec le sonneur de gaïta. Dans une autre rue, les passants se laissent entraîner par des airs de musiques symphoniques... Ces musiques expriment, à leur façon, les émotions ressenties par la majorité d'entre nous.