Aujourd'hui, je vis mon pèlerinage par un autre aspect. Je consacre cette journée à une bonne visite de la ville. Je ne pense pas tout voir car cela demande beaucoup trop de temps mais j'espère découvrir l'essentiel.

La place centrale est celle de l'Obradoiro. De cette place, je peux admirer la Cathédrale, l'Hôtel des rois catholiques avec sa belle façade de la Renaissance qui a été fondé en 1492 comme asile et hôpital pour les pèlerins, le Palais de Raxoi datant de 1764 et qui est, actuellement, l'Hôtel de ville et la Présidence du gouvernement régional Xunta de Galicia. De cette place, j'aperçois, aussi, l'église de San-Fructuoso. Trois autres places communiquent avec la Cathédrale: la place des Platerias où je peux observer la seule façade romane de la Cathédrale ainsi que la fontaine des chevaux et la Tour à horloge de 70 mètres; la place de la Quintana qui est divisée en une partie supérieure (Quintanas des vivants) où je peux voir la Porte sainte et une partie inférieure (Quintanas des morts); et la place de l'Immaculée qui donne sur la façade nord de la Cathédrale. De cette place, je découvre l'un des plus grands édifices d'Espagne car il s'agit du Monastère de Saint-Martin Pinario.

Pendant cette visite, un couple Allemand me reconnaît et vient vers moi. Il me dit qu'il est arrivé à Santiago, ce matin.

A midi, les cloches de la Cathédrale appellent les fidèles pour le grand rendez-vous eucharistique. Je réponds à l'appel!

Cet après-midi, la chaleur s'impose et cela rend difficile la suite de ma visite. Je décide, donc, d'emprunter des rues très calmes qui me guident vers la parc du Couvent de San-Domingo de Bonaval. Un grand espace de silence qui n'est, certainement, pas connu par la majorité des visiteurs. Des espaces verts qui m'offrent la nostalgie du chemin en ayant pour horizon les flèches de la Cathédrale. Un point de vue qui ressemble à un dernier instant. Une façon de dire merci à saint Jacques de m'avoir accueilli dans sa ville.