Le temps ne s'annonce pas très beau. Le ciel est bien couvert. Mais cela ne me décourage pas à prendre le chemin.

Passé St-Jacques de Compostelle, la fréquentation du chemin n'est plus la même. Aujourd'hui, je ne vois personne. C'est une étape en solitaire que je vis. Cela me permet de repenser à tout ce que j'ai vécu, depuis le début du pèlerinage. Comme un film qui me passe devant les yeux.

Vers 12h, je circule parmi des fermes. Je me retrouve, même, seul derrière un troupeau de vaches. Cela me donne l'impression de les envoyer au champ. C'est la richesse du chemin! Le camino nous fait vivre des situations que l'on aurait pas imaginées, parfois.

En début d'après-midi, les premières gouttes de pluies apparaissent. La nature prend des allures automnales, tout d'un coup! C'est la tristesse qui s'installe.

A 14h, j'arrive à l'Auberge d'Olveiroa. J'attends une heure avant de voir d'autres pèlerins. Irene, Jane, Christelle et Joël s'y rendent, plus tard.

Ce soir pour le repas, l'hospitalière nous prépare une bonne soupe. Une belle occasion pour vivre un beau moment entre pèlerins, à la veille de la dernière journée.